Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Art, culture et foi

 

Dominique Vivant (Crépy-en-Valois), Alain Giblin et son épouse Anne-Marie (qui fut responsable du service diocésain de pastorale liturgique et sacramentelle), jeunes retraités de l'Education nationale, ont été nommés par l'évêque au service diocésain Art, culture et foi.

Ils expliquent leur mission.

Notre diocèse est riche d’un patrimoine magnifique, et nos contemporains sont avides d’architecture religieuse. La plupart des habitants d’un village ou d’un quartier sont très attachés à leur clocher, et des associations de sauvegarde se sont créées ici ou là, avec un lien à l’Eglise quelquefois ténu. Beaucoup de municipalités font des efforts notables pour entretenir leur patrimoine religieux. Les églises sont tout d’abord des lieux de vie pour célébrer le culte bien sûr, mais aussi pour se recueillir dans la discrétion, goûter la beauté des lieux, eu égard à leur affectation, écouter un concert (adapté à un lieu de culte), accueillir un passant.

Or, beaucoup de choses ont changé ces dernières décennies : beaucoup de portes sont closes, peu de personnes sont capables de décrypter les symboles, les droits et devoirs des communes et des affectataires sont souvent mal connus, les communautés chrétiennes se sont habituées à voir leurs églises fermées, sans vie ou presque,  ertaines églises sont presque des musées (quand celles-ci sont ouvertes, il est quelquefois difficile d’y sentir une présence et de s’y recueillir). L’annonce même silencieuse du Christ vivant peut passer au second plan.

Dans l’esprit de la pastorale d’initiation à laquelle tous les chrétiens sont invités, peut-on réfléchir à la manière de faire vivre nos églises hors des moments de culte public ? d’y annoncer la Bonne Nouvelle ? d’y désigner le Christ ? d’y accueillir ? d’y informer ? d’y écouter ? d’y témoigner d’une communauté vivante et fraternelle ? d’y sensibiliser à l’art religieux ?... ce qui n’empêche pas de réfléchir à la meilleure façon de les entretenir et, le cas échéant, de les restaurer. Il ne s’agit pas tant de préserver un patrimoine que de s’appuyer sur lui pour proposer une rencontre à nos  contemporains, croyants ou non, habitants de l’Oise ou visiteurs de passage.

L’équipe du service Art, culture et foi

(Article extrait  de la revue diocésaine Eglise de Beauvais - décembre 2011, page 18)
 

Visite de l'église Saint-Médard de Creil-Centre, le 11 novembre 2012
(© Catherine Tauziède)