Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
Soutenir l'Église
Contact
Contact

Recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse

Contactez-nous en remplissant le formulaire ci-dessous

Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
 
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Par admin at 10/07/2017 13:35 |
 

Paul Couturier (prêtre)

Apôtre de l'Unité des chrétiens.

Sommaire

En bref . Il a dit . Ils ont dit de lui . Prière

Sa biographie

1- Sa jeunesse
2- Vocation oecuménique
3- Le groupe des Dombes
4- Son décès
5- L'abbé Couturier intime

> Sources
> Liens

" Il était un paradoxe vivant :
catholique au fond de son cœur,
prêtre dans l'essence même de sa nature,
il était ami des protestants,
des orthodoxes, des anglicans." 

Professeur Léon Zander

 abbé paul couturier

 

En bref

Né en 1881, décédé en 1953. Originaire de Lyon. Issu d'une famille bourgeoise chrétienne, il se destine dès ses études secondaires terminées à la prêtrise. Il enseigne toute sa vie au collège des Chartreux. Il donne un nouveau souffle à l'œcuménisme en lui ouvrant les voies de la prière commune, une prière pour " l'unité que Dieu voudra par les moyens qu'il voudra." Avec lui la semaine annuelle de prière catholique qui depuis 1908 avait pour objectif la conversion et le retour des frères séparés peut dès lors prendre un caractère commun à toutes les confessions chrétiennes et se répandre à travers le monde. Il est revendiqué par tous : chrétiens, protestants, anglicans, orthodoxes.

Il a dit ...

- " On va de l'Amour à la vérité. Essayer de faire l'inverse, c'est vouloir planter un arbre à l'envers. On cueille….. La vérité sur l'arbre de la charité."
- " La véritable solution du remembrement de la chrétienté est dans la lente maturation sous le souffle et la chaleur de l'Esprit, de tous les groupes chrétiens, y compris l'Eglise romaine."
- " Le même amour du Christ amènera une même pensée. L'unité existera complète, dogmatique. Elle n'aura plus qu'à se déclarer. Peut-être sera-ce dans un vaste concile de la chrétienté tout entière."

 

 

Ils ont dit de lui...

- " L'abbé vivait intensément en Dieu. " M. Villa
- " Son rayonnement dans le monde chrétien tient fondamentalement à la qualité de sa prière et à sa dimension de pauvreté. " Père Michalon.
- " Nous l'avons entendu prier son Père pour que nous soyons Un, consommés dans l'unité. Mais nous n'avons pas encore permis que le Père exauçât la prière du Fils. Nous avons fait obstacle ; nous continuons de faire obstacle au Don suprême de l'unité. Pas un seul d'entre nous qui puisse jurer qu'il est innocent du péché collectif de la chrétienté. "
-" Dans le professorat comme partout et toujours, il vécut pauvrement, d'une dignité sacerdotale souveraine, fort au-dessus de tout vulgaire souci de retour sur soi et de profit personnel." Un de ses confères professeur
- " L'abbé Couturier voyait les choses dans leur simplicité nue et en jugeant de même. Il était le contraire des opportunistes qui misent sur le succès momentané et qui étant toujours de l'opinion régnante, seraient étonnés de leurs contradictions successives s'ils s'en apercevaient. C'est pourquoi, fidèle à lui-même et en avance sur son temps, ses propos faisaient figure de paradoxes et d'utopies. " un de ses anciens élèves Jean Escoffier
- " Dans l'ascension spirituelle de l'abbé, il n'y eut pas de chemin de Damas qui bouleverse une vie… Toute sa vie il eut la même spontanéité d'obéissance et de fidélité. C'est pourquoi lorsqu'il ressentit la souffrance de la division de ceux qui adorent un même Christ, il se fit l'apôtre de l'unité chrétienne. " M. Carlhian
- "L'abbé Couturier a été un serviteur magnifique de l'Eglise, celui que nous pleurons fut un précurseur et un exemple. " Cardinal Gerli
- " Il nous laisse l'exemple d'une patience inlassable et d'une charité obstinée dans la poursuite de ce but si clair et si mystérieux tout à la fois : l'Unité de tous ceux qui ont pour seul Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. " Pasteur Roland de Pury
- " Il était un grand chrétien, un vrai prêtre… Que la cause œcuménique ait trouvé en l'Eglise romaine un promoteur si vénérable est une bénédiction pour cette Eglise comme pour les communautés chrétiennes séparées. Son œuvre est indissolublement liée à l'idéal œcuménique qui attire de plus en plus la conscience chrétienne. " Alexandre de Weymarn, directeur du service œcuménique de Presse en 1953.
 

Prière

 " Seigneur Jésus, qui à la veille de mourir pour nous,
as prié pour que tous les disciples soient parfaitement un,
comme toi en ton Père et ton Père en toi,
fais nous ressentir douloureusement l'infidélité de notre désunion.
Donne nous la loyauté de reconnaître
et le courage de rejeter ce qui se cache en nous d'indifférence,
de méfiance et même d'hostilité mutuelle.
Accorde-nous de nous rencontrer tous en toi afin que de nos âmes et de nos lèvres monte incessamment ta prière pour l'unité des chrétiens telle que tu la veux,
par les moyens que tu veux. "

Haut de page

Sa biographie

1- Sa jeunesse

Paul Couturier est né à Lyon en 1881. C'est le deuxième et dernier enfant d'une famille de la bourgeoisie moyenne profondément chrétienne. Sa sœur Marie-Antoinette, est son aînée de deux ans.
Lorsque M. Couturier père qui possède une usine de produits chimiques connaît des revers de fortune, la famille quitte la France et s'installe à Alger puis revient finalement à Lyon quelques années plus tard.
Paul a douze ans et entre au collège des Lazaristes. Il obtient son bac moderne en 1899 et son bac de maths en 1900.
Aux yeux de ses camarades de classe il est " le pieux et le sage". Il est vrai qu'il baigne dans un climat de foi : sa jeune tante est religieuse de la Congrégation de Nazareth et son grand-oncle est le chanoine Louis Planus de la Société des prêtres de Saint-Irénée (dits aussi missionnaires Chartreux) et vicaire général d'Autun. S'est-il confié à son grand-oncle ? Ses études secondaires terminées, il manifeste le désir de devenir prêtre et entre à 19 ans au noviciat des "Chartreux."

Il est ordonné prêtre de la Société Saint-Irénée le 09 juin 1906, l'année de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, et célèbre sa première messe en l'église St Bruno des Chartreux. L'un des servants, devenu son ami, Alexandre Wottling, se rappelle qu "à l'élévation, le geste du nouveau prêtre, lent et profondément adorateur, aurait ému un incroyant invétéré."

Destiné à l'enseignement, il prépare sa licence de sciences physiques de 1906 à 1909 et est nommé ensuite professeur au collège des Chartreux, fonction qu'il assumera jusqu'en 1946. Mobilisé durant la Première Guerre Mondiale, il est infirmier au Service de Santé. Lors de la Seconde Guerre Mondiale il est arrêté par la Gestapo le 11 avril 1944, est interné au fort Montluc. Mis sous la surveillance de la Wehrmacht et non de la Gestapo, il ne sera ni torturé, ni maltraité comme nombre de ses concitoyens et sera libéré quelques mois plus tard sans savoir la raison de son arrestation.


2- Vocation oecuménique

Une retraite ignatienne le conduit à s'engager très activement auprès des réfugiés russes dès 1923. Ils seront bientôt dix mille à Lyon et l'abbé se dévoue auprès de ces malheureux, leurs relations se résumant bien souvent dans le don de son cœur ; il écoute, conseille, soutient, rassure, dépanne financièrement à l'occasion car lui-même est un homme simple, d'une santé fragile, vivant dans un extrême dénuement. Pendant 12 ans, jusqu'en 1935, il va bien connaître les prêtres orthodoxes de la colonie russe lyonnaise.

Puis son séjour en 1932 au prieuré bénédictin d'Amay sur Meuse en Belgique (aujourd'hui Chevetogne) constitue une seconde étape importante.

A partir de cette époque, il institue l'Octave de prière pour l'unité. En 1935 elle est déjà en vigueur dans l'Eglise catholique depuis le début du siècle mais au lieu de limiter ces prières au retour des chrétiens séparés à l'Eglise romaine, il renouvelle l'Octave en proposant à l'ensemble des chrétiens de prier en commun pour " l'unité que le Christ veut par les moyens qu'il voudra".
Ces premières rencontres ont lieu chez les sœurs de l'Adoration réparatrice au 10 rue Henri IV à Lyon.

Dans un article sur "l'universelle prière des chrétiens pour l'unité chrétienne", il jette les bases du volet spirituel de l'œcuménisme dont la théologie est développée à la même époque, dans les années trente, par le Père Congar. L'abbé Couturier en précise l'intention en disant :
"Nous comprenons cette Octave comme une convergence de prières de chaque confession chrétienne en pleine liberté et indépendance vers le Christ que nous aimons, adorons et prêchons. " Il est persuadé que la prière est la seule forme d'union possible.

Il crée la Semaine pour l'Unité en 1935. Dès lors la Semaine Universelle pour l'Unité des Chrétiens connaîtra un essor extraordinaire à travers l'ensemble du monde chrétien.
 

 

3- Le groupe des Dombes

 

 En 1936 : il organise à Erlenbach en Suisse la première rencontre spirituelle interconfessionnelle ( catholiques et protestants ) qui donnera naissance en 1937 au " Groupe des Dombes " fondé avec le Père Villain, ainsi appelé car ils se réunissent à la Trappe des Dombes dans l'Ain. C'est en fait un groupe de théologiens catholiques et protestants français se réunissant pour confronter les positions de leurs Eglises respectives sur les grands points faisant encore obstacle à l'unité. Leurs travaux ont au fil des années un grand retentissement dans les Eglises et aboutissent à des textes validés par le Conseil Œcuménique.

De passage en Angleterre en 1937 et 1938, il découvre l'anglicanisme. De même il est en relation avec frère Roger Schutz, le fondateur de Taizé. (La communauté de Taizé fondée par des protestants suisses et vivant dans un style monastique est aujourd'hui internationale et interconfessionnelle, elle comprend des frères catholiques.)

Toute sa vie n'est qu'un appel pressant adressé à tous les chrétiens pour les inviter à retrouver le chemin de l'unité.

En 1944 son texte "Prière et unité chrétienne" qui deviendra son testament spirituel est achevé.

En 1952 le titre d'archimandrite du patriarcat d'Antioche lui est attribué en signe de reconnaissance pour son engagement.


4- Son décès

Il meurt le 24 mars 1953, au petit matin, à son domicile, 5 rue du Plat à Lyon, d'une nouvelle crise cardiaque. Il a 72 ans. Ses funérailles ont lieu à l'église saint Bruno des Chartreux en présence du Cardinal Gerlier. Il est enterré au cimetière de Loyasse.

Il est revendiqué par tous : chrétiens, protestants, anglicans, orthodoxes. C'est au dire de son ami M. Villain le " seul prêtre au monde jouissant de ce privilège."

 

5- L'abbé Couturier intime

IL se prêta un jour au jeu des questions réponses :

Quelle est votre qualité préférée ? L'audace prudente.
Quelles sont les fautes pour lesquelles vous montrez le plus d'indulgence ? Celles pour lesquelles le Christ semble en avoir eue.
Quel homme vous inspire le plus de répugnance ? Le satisfait.
Que voudriez-vous être ? Ce que je n'ai pas été et aurais dû être.
Quelle est votre devise ? Mes petits enfants aimez-vous les une les autres.
Quel est votre livre préféré ? La Bible.
Quel est le succès qui vous tient le plus à cœur ? Réunir ce qui est séparé.
Quelle est votre principale préoccupation ? Réfléchir.
Quelle est votre principale distraction ? Errer dans la forêt.
Quel est votre sport favori ? Marcher sur les hauts lieux.
Qu'avez-vous rencontré de plus surprenant ? Un homme humble.
Quel est l'objet pour lequel vous avez le plus d'aversion ? Se clore.
Qu'il y a t'il de mieux qu'ici ? L'intense vie silencieuse de la forêt et du tabernacle.
Quel est le plus grand bonheur dans la vie ? Devenir et faire contribuer à faire devenir.
Quel est votre objet d'art préféré ? Le sermon sur la montagne d'Eugène Burnand.

Haut de page

 

> Sources

- Théo- Nouvelle encyclopédique catholique
- M. Villain : L'abbé Paul Couturier
- Panorama : hors série n°29
 

> Liens

- Sur le site internet du diocèse : Evénements, rencontres, retrospectives dans notre diocèse
- Site internet du service diocésain pour l'oecuménisme
- Sur le site internet de l'Eglise catholique en France : L'oecuménisme en France
- Site internet de la Communauté de Taizé