Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
Soutenir l'Église
Contact
Contact

Contactez-nous en remplissant le formulaire ci-dessous

Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
 
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Ou recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse
Par admin at 10/07/2017 13:35 |
 

Méditation de l'évangile du dimanche 17 septembre 2017 (Mt 18, 21-35)

photo CIRIC

Méditation fournie par le père Eric de Thézy, de la communauté des Serviteurs de Jésus et Marie, à Ourscamp

Quelle stupidité !

La parabole nous aide à prendre conscience de la stupidité du serviteur mauvais.

Pas besoin d'être fort en calcul pour voir là l'énorme disproportion entre la dette qui lui a été remise et celle qu'il a refusée de remettre (un rapport de 600.000 à 1). Ce serviteur mauvais aurait pu passer le restant de ses jours à se réjouir de la grâce qui lui avait été concédée. Pas de chance : il est resté bloqué par une dette qu'il n'a pas encore recouvrée.

Quel mauvais calcul ! Le refus de consentir à une petite perte le fait passer à côté d'un gain immense. De fait, tout pardon comporte une certaine perte. Mais Jésus nous invite à ne pas nous laisser obséder par cette perte pour s'ouvrir au gain qui résulte du pardon. Cela revient sous diverses formes dans l'évangile : « celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera. » (Mt 16, 25)

Tout comme les apôtres, nous avons du mal à nous engager sur cette voie. Cependant Jésus nous a ouvert le chemin : ne craignons pas de le suivre car sa mort a été suivie de la résurrection. S'il a vécu cette Pâque, c'est pour nous emmener avec lui, nous donner part à sa victoire.