Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
Soutenir l'Église
Contact
Contact

Recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse

Contactez-nous en remplissant le formulaire ci-dessous

Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
 
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Par admin at 10/07/2017 13:35 |
 

Méditation de l'évangile du dimanche 17 septembre 2017 (Mt 18, 21-35)

photo CIRIC

Méditation fournie par le père Eric de Thézy, de la communauté des Serviteurs de Jésus et Marie, à Ourscamp

Quelle stupidité !

La parabole nous aide à prendre conscience de la stupidité du serviteur mauvais.

Pas besoin d'être fort en calcul pour voir là l'énorme disproportion entre la dette qui lui a été remise et celle qu'il a refusée de remettre (un rapport de 600.000 à 1). Ce serviteur mauvais aurait pu passer le restant de ses jours à se réjouir de la grâce qui lui avait été concédée. Pas de chance : il est resté bloqué par une dette qu'il n'a pas encore recouvrée.

Quel mauvais calcul ! Le refus de consentir à une petite perte le fait passer à côté d'un gain immense. De fait, tout pardon comporte une certaine perte. Mais Jésus nous invite à ne pas nous laisser obséder par cette perte pour s'ouvrir au gain qui résulte du pardon. Cela revient sous diverses formes dans l'évangile : « celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera. » (Mt 16, 25)

Tout comme les apôtres, nous avons du mal à nous engager sur cette voie. Cependant Jésus nous a ouvert le chemin : ne craignons pas de le suivre car sa mort a été suivie de la résurrection. S'il a vécu cette Pâque, c'est pour nous emmener avec lui, nous donner part à sa victoire.