Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
Soutenir l'Église
Contact
Contact

Contactez-nous en remplissant le formulaire ci-dessous

Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
 
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Ou recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse
Par admin at 10/07/2017 13:35 |
 

Méditation de l'évangile du dimanche 26 novembre (Mt 25, 31-46)

Méditation fournie par le père Eric de Thézy, de la communauté des Serviteurs de Jésus et Marie, à Ourscamp.

Le jugement dernier (Mt 25,31-46)

Solennité du Christ-Roi

Pour conclure cette année liturgique, l'Eglise met sous nos yeux la scène évangélique du jugement dernier. À une certaine époque l'iconographie a développé davantage l'aspect menaçant et lugubre du jugement. Par réaction, ces derniers siècles, « l'au-delà, et donc le jugement, est devenu une plaisanterie, une exigence tellement incertaine que l'on se divertit même à la pensée qu'à une époque cette idée transformait la vie humaine tout entière » (Kierkegaard).

Nous pourrions retenir au moins trois choses de cette scène du jugement.

  1. Il y aura un jugement. Cela répond à l'espérance humaine la plus universelle car cela nous assure que l'injustice et le mal n'auront pas le dernier mot. Il y a une limite au mal, à la méchanceté des hommes. Nous ne sommes pas plongés dans une zone de non-droit. Faire le mal n'est pas équivalent à faire le bien. Tous seront jugés, du plus petit au plus grand. Personne n'échappera au jugement. Il n'y aura pas d'immunité.

  2. L'attitude envers les pauvres et tous ceux qui se trouvent dans une situation de besoin sera déterminante lors du jugement. C'est le critère retenu dans l'évangile de ce jour. Cette attitude traduit l'état de la capacité d'aimer que le bon Dieu nous a donnée.

  3. Faut-il avoir peur du jugement ? Oui et non. Oui, dans le sens où Jésus nous invite à ne pas prendre les choses trop à la légère, avec insouciance et superficialité. Cet évangile est un appel à la responsabilité : nos actes d'aujourd'hui ont des conséquences pour l'éternité. Non car Jésus traite ses brebis égarées avec sollicitude et tendresse. Son seul désir, c'est de nous sauver, pas de nous faire peur.

Que la perspective du Ciel où nous serons plongés dans l'Amour de Dieu nous stimule à vivre dès à présent de l'amour du Royaume.