Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
Soutenir l'Église
Contact
Contact

Recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse

Contactez-nous en remplissant le formulaire ci-dessous

Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
 
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Par admin at 10/07/2017 13:35 |
 

Vous avez dit fragile ?

Journée mondiale des pauvres

Le 19 novembre 2017 a lieu la première journée mondiale des pauvres, instaurée le pape François lors de la clôture du jubilé extraordinaire de la miséricorde. Il avait alors déclaré : « Voici venu le temps de la miséricorde pour que les pauvres sentent se poser sur eux le regard respectueux mais attentif de ceux qui, ayant vaincu l’indifférence, découvrent l’essentiel de la vie ».

C’est pourquoi il instituait dans l’Église, chaque 33e dimanche du Temps ordinaire, la Journée mondiale des pauvres.

« Ce sera, disait-il, une journée qui aidera les communautés et chaque baptisé à réfléchir sur la manière dont la pauvreté est au cœur de l’Évangile et sur le fait que, tant que Lazare git à la porte de notre maison, il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale. Cette Journée constituera aussi une authentique forme de nouvelle évangélisation par laquelle se renouvellera le visage de l’Église dans son action continuelle de conversion pastorale pour être témoin de la miséricorde. »

© Elodie Perriot

Journée mondiale des pauvres 2018 (2e édition) : les 16, 17 et 18 novembre 2018

> Message du pape pour cette journée :

Un pauvre crie, le Seigneur entend

1. « Un pauvre crie ; le Seigneur entend. » (Ps 33, 7). Les paroles du psalmiste deviennent les nôtres lorsque nous rencontrons des situations de souffrance et de marginalisation, dans lesquelles vivent tant de frères et de sœurs que nous avons coutume de désigner par l’appellation générique de « pauvres ». Celui qui écrit ces mots n’est pas étranger à cette condition, bien au contraire. Il fait l’expérience directe de la pauvreté et la transforme cependant en un chant de louange et d’action de grâce au Seigneur. A nous qui sommes concernés par tant de formes de pauvretés, ce Psaume nous donne aujourd’hui de comprendre qui sont les véritables pauvres, vers qui nous sommes invités à tourner le regard pour entendre leur cri et reconnaître leurs besoins.

Il nous a d’abord été dit que le Seigneur entend les pauvres qui crient vers Lui, et qu’Il est bon avec ceux qui cherchent refuge en Lui, le cœur brisé par la tristesse, la solitude et l’exclusion. Il écoute ceux dont la dignité est bafouée, et qui ont cependant la force d’élever leur regard vers le haut pour recevoir lumière et réconfort. Il écoute ceux qui sont persécutés par une justice inique, opprimés par des politiques indignes de ce nom et dans la peur de la violence, tout en considérant Dieu comme leur Sauveur. Ce qui jaillit de cette prière est d’abord un sentiment d’abandon confiant en un Père qui écoute et accueille. C’est sur la même longueur d’onde que nous pouvons comprendre ce que Jésus a proclamé à travers cette béatitude : « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux. » (Mt 5, 3).

[Lire la suite]

 

> Présentation du projet 2018 :

Téléchargez la présentation

> Documents utiles à télécharger pour participer à cette Journée :

Fiche pour présenter votre groupe ou votre mouvement

Tract de présentation avec la fiche d'inscription à la journée du 18 novembre à St Leu-d'Esserent

 

 

Les repères de la Pensée sociale de l'Eglise

Jésus Christ nous enseigne que la loi fondamentale de la perfection humaine, et donc de la transformation du monde, est le commandement nouveau de l’amour. Ainsi s’exprimait le second Concile du Vatican - Gaudium et spes n° 38- Le premier engagement auquel la doctrine sociale appelle les chrétiens est de diffuser l’amour dans les rapports sociaux, à tous les niveaux et dans tous les milieux.

Les Evangiles et les écrits du Nouveau Testament constituent la base de référence auxquels les chrétiens se ressourcent pour guider cette transformation. A la lecture des paroles et des faits et gestes de Jésus, les chrétiens découvrent leur incidence sur les manières de vivre de son époque. La pensée sociale de l’Eglise est une actualisation des écrits de Nouveau Testament au fil des jours et selon les événements. Les chrétiens deviennent ainsi acteurs de transformations sociales. Par la pensée sociale de l’Eglise les chrétiens sèment dans les sillons de la civilisation un humanisme intégral, solidaire, ouvert à la présence de l’Esprit Saint qui conduit l’histoire des hommes.

De nombreuses situations humaines sont décrites dans ces textes, de nombreuses personnes de toutes conditions s’y trouvent impliquées.
Toutes ces situations, celles d’hier et celles d’aujourd’hui, intéressent les chrétiens. Ceux-ci découvrent que croire en Dieu se fonde sur une alliance entre Dieu et l’humanité. Une alliance qui ne consiste pas seulement en un acte de piété ou en l’application individuelle d’une loi morale, mais en une actualisation de cette alliance dans la vie quotidienne. Hier comme aujourd’hui la foi qui habite les chrétiens a une incidence sociale, politique et économique.
Réfléchir sur ces incidences, les comprendre et les dynamiser selon un certain nombre de grands principes pour les mettre en œuvre, tel est le travail de la pensée sociale de l’Eglise. Elle est une actualisation de l’Evangile au fil des siècles et pour telle période, selon les événements qui marquent l’histoire des hommes, l’obligent à préciser sa manière d’être et sa pensée. Les chrétiens d’aujourd’hui y trouvent des repères pour conduire leur existence.

La pensée sociale de l’Eglise fraye sa voie dans le vaste champ des activités humaines et de leurs complexités. Elle ne prétend pas être figée une fois pour toute, mais évolue et se précise au fil des événements de manière organique. C’est-à-dire animée de la volonté de ne négliger aucune des dimensions de l’être humain et de sa vie politique économique et sociale. Elle prend soin de respecter la liberté de conscience de chacun, la différence des cultures et des situations. Elle insiste sur la "dimension communautaire de l’aventure humaine"
(Lumen Gentium, 9)
 

Lire Lumen Gentium, constitution dogmatique sur l'Église

 

Conseil diocésain du service du frère

Prêtre animateur

Père Jérôme Prunier-Duparge

Courriel
 

 

 

Sur le même sujet
Journée mondiale des pauvres

Le 19 novembre 2017 a lieu la première journée mondiale des pauvres, instaurée le pape François lors de la clôture du jubilé extraordinaire de la miséricorde. Il avait alors déclaré : « Voici venu le temps de la miséricorde pour que les pauvres sentent se poser sur eux le regard respectueux mais attentif de ceux qui, ayant vaincu l’indifférence, découvrent l’essentiel de la vie ». C’est pourquoi il instituait dans l’Église, chaque 33e dimanche du Temps ordinaire, la Journée mondiale des pauvres. « Ce sera, disait-il, une journée qui aidera les communautés et chaque baptisé à réfléchir sur la manière dont la pauvreté est au cœur de l’Évangile et sur le fait que, tant que Lazare git à la porte de notre maison, il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale. Cette Journée constituera aussi une authentique forme de nouvelle évangélisation par laquelle se renouvellera le visage de l’Église dans son action continuelle de conversion pastorale pour être témoin de la miséricorde. »

ACAT

ONG de lutte contre la torture et la peine de mort

Aide à l'Église en détresse
CCFD - Terre Solidaire
Secours catholique
Ordre de Malte
Société de Saint-Vincent de Paul