Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
Soutenir l'église
Contact
Contact

Contactez-nous en remplissant le formulaire ci-dessous

Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
 
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Ou recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse
Par admin at 10/07/2017 13:35 |
 

À la rencontre du père Martin Pinet

Père Martin Pinet, 31 ans, vicaire à Compiègne, prêtre depuis 5 ans.

À quel âge avez-vous pensé à la vocation pour la première fois ?

J’étais tout petit ! Vers 5 ans, me semble-t-il.

 

L’Église, pour vous, c’est ?

Une mère.

 

Où aimez-vous prier ?

Devant une immensité, ou dans une église romane.

 

Avec qui aimez-vous prier ?

Avec les enfants. Leur simplicité et leur spontanéité à être en présence du Seigneur sont impressionnantes.

 

La Béatitude qui vous touche ?

Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

 

La vertu la plus nécessaire aujourd’hui ?

Deux vertus, qui vont bien ensemble : l’Espérance et la Force.

 

Les héros d’aujourd’hui, selon vous ?

Les mamans : gros rythme, patience, don généreux d’elles-mêmes. Elles sont souvent exemplaires.

 

Le plus grand scandale de notre époque ?

Au sens étymologique de « ce qui fait tomber », c’est de limiter la vérité à ce que nous ressentons : il n’y a plus guère de place à la réflexion et à la volonté.

 

Une belle chose vécue au cours des deux derniers mois ?

La Veillée pascale, sûrement le plus bel événement vécu chaque année : une nuit originaire dans laquelle je me trouve plongé, avec tous les paroissiens, à la source de mon baptême. Peut-être le moment où j’expérimente le plus le mot de saint Augustin : « Pour vous, je suis prêtre ; avec vous, je suis chrétien. »

 

Votre saint préféré ?

Je vous donne ma « trinité » sainte : saint Ignace de Loyola, pour sa finesse spirituelle et son sens du combat ; saint Jean-Marie Vianney, comme modèle de prêtre ; saint Martin de Tours, évangélisateur des campagnes, apôtre de la vérité, en plus d’être mon saint patron.

 

Votre livre de chevet ?

100 lettres sur la prière, du Père Caffarel … et Fouché, de Stefan Zweig (pour la détente ;)

 

Quelle phrase guide votre vie ?

« Être heureux, c’est avoir dépassé l’inquiétude du bonheur. » M. Maeterlinck

 

La parole du Christ qui vous a saisi ?

« N’aie pas peur ! »

 

Votre mot préféré ?

« La liberté, c’est la faculté de choisir ses contraintes. » J-L. Barrault

 

Votre geste « Laudato Si » ?

Le vélo dans Compiègne…

 

Le cadeau que vous offrez souvent ?

Un livre (ou un Memory catho, pour les enfants !)

 

La musique qui vous « envole » ?

Les Concertos pour piano de Rachmaninov, ou les Concerti Grossi de Haendel.

 

Si vous étiez un personnage de la Bible, ce serait qui ?

Abraham. J’aimerais avoir sa simplicité à se laisser guider par le Seigneur, avec confiance, sans se poser trop de questions. Et puis, comme lui, j’aime voyager !

 

Le petit truc bête qui vous énerve ?

Les gens qui font la tête dans la rue, même s’ils peuvent avoir de bonnes raisons.

 

Votre vilain défaut ?

Je suis étourdi.

 

Ce qui vous fait pleurer ?

La lecture de l’évangile des Béatitudes.

 

Ce qui fait votre joie quotidienne ?

Accompagner les personnes dans le plus intime de leurs vies.

 

Si vous diniez avec Judas, vous lui diriez quoi ?

Mon frère, dis-moi ce qui t’a fait tomber, pour que j’essaye de ne pas le faire à mon tour.

Vous héritez de la fortune de votre vieille tante, vous faites quoi ?

Je finance les travaux de l’église de Margny, où je célèbre souvent le dimanche.

 

Votre prière préférée ?

Le Veni Sancte Spiritus

 

Le don de la nature que vous voudriez avoir ?

Comme l’un de mes confrères : voler ! Mais on y travaille ensemble…

Ce que vous avez de plus cher ?

Trop de choses…

 

Qui aimeriez-vous retrouver en arrivant au paradis ? 

Voir Jésus face à face.

 

Que direz-vous à Dieu quand il vous accueillera ?

J’ai fait ce que j’ai pu.

 

Qu’imaginez-vous que Dieu vous dira ?

Rien ; il me prendra simplement dans ses bras.

 

Suite de l'interview parue dans la revue diocésaine Écho de septembre 2017