Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
Soutenir l'Église
Contact
Contact

Recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse

Contactez-nous en remplissant le formulaire ci-dessous

Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
 
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Par admin at 10/07/2017 13:35 |
 

Méditation de l'évangile du dimanche 4 mars 2018 (Jean 2, 13-25)

Méditation fournie par des frères de la communauté de Saint-Jean, à Troussures.

« Vous êtes le temple de l’Esprit Saint »

Pourquoi Jésus chasse-t-il les marchands du temple ? Cette question en amène une autre : pourquoi Dieu ‘’porte ses regards vers Abel et son oblation’’ et ne les porte-t-il pas sur Caïn et la sienne ? (Gn 4, 4-5)

C’est que Dieu regarde ce qu’il y a au fond du coeur de l’homme. Car ‘’c’est … du coeur des hommes que proviennent les méchantes raisons.’’ (Marc 7, 21) L’objet du sacrifice ne devrait être là que pour témoigner des bonnes choses qui sont dans le coeur. C’est là tout le problème de l’intériorité. En ce temps de Carême, je jeûne. Oui mais quel est le jeûne que le Seigneur va trouver dans mon coeur ? Est-ce un exercice de pur ascétisme pour faire comme tout le monde ou une façon d’aiguiser mon amour pour Dieu, de me nourrir davantage de sa Parole ? ‘’L’homme ne vit pas de pain seul, mais … de tout ce qui sort de la bouche de YHWH.’’ (Deut 8,3) Et quand je fais l’aumône, est-ce que je regarde mon frère SDF avec amour ou est-ce seulement pour soulager ma conscience ?

‘’Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous?’’ (1 Cor 6, 19) Que trouvera Dieu dans ce sanctuaire ? Les brebis du suivisme, les boeufs de l’autosuffisance, l’argent de tout ce que je monnaye pour avoir les faveurs de Dieu ou bien un amour gratuit, une grande soif de justice, un désir ardent de pureté ? Alors laissons Dieu chasser de son temple, notre coeur profond, tous nos marchandages pour ne trouver dans notre intériorité que l’amour, amour de Dieu et du prochain, du bon et du beau, du juste et du pur. Laissons-nous purifier par Lui.

Pour finir, écoutons ce que dit Jésus et soyons dans une grande Espérance : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai … Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. » Or ne sommes-nous pas le corps du Christ ? (1 Cor 12, 27) « Quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. » (Jean 11, 26)

Le croyez-vous ?

Frère Gérard-Marie de Magadala